top of page
  • jf9106

Le cynorrhodon : culture, bienfaits et recettes

Une fois ôtés ses poils urticants, le “gratte-cul” se mange et se prête à des décoctions. Un véritable cocktail de vitamines, efficace contre les petites maux du quotidien !


Découvrez comment cultiver et récolter le cynorrhodon, et profiter de ses bienfaits.

Le cynorrhodon est le fruit de l’églantier (ou rosier sauvage) : il est vulgairement appelé “gratte-cul” en raison de ses poils urticants.


Le “gratte-cul”, fruit de l’églantier (Rosa canina) ou rosier sauvage, porte le doux nom de cynorrhodon, qui désigne aussi le fruit des rosiers cultivés. Les fruits non toxiques des rosiers d’ornement peuvent être employés au même titre que les ”gratte-cul”, à condition, bien sûr, qu’ils soient issus de rosiers non traités ou entretenus selon les règles du jardin bio.


Certaines espèces sont particulièrement appréciées pour leurs fruits : Rosa rugosa, Rosa glauca, Rosa canina, Rosa moyesii, Rosa carolina. On peut citer notamment quelques variétés anciennes comme ‘Roseraie de l’Haÿ’ ou ‘Blanc double de Coubert’. De multiples vertus le cynorrhodon est avant tout une excellente source de vitamine C, qui résiste bien à la cuisson et encore mieux au séchage. Il apporte aussi des vitamines B, du bétacarotène, d’autres antioxydants (rutine) et des minéraux.

Toutefois, le cœur contient des poils urticants (“poil à gratter”) qui peuvent irriter le tube digestif et qu’il faut retirer en ouvrant et vidant les fruits, ce qui rend leur préparation quelque peu fastidieuse. Mais vos efforts seront récompensés car ils contribuent à prévenir rhumes et affections grippales.

Ils ont également des vertus antifatigue, diurétiques et antidiarrhéiques.























Les baies du cynorrhodon se récoltent jusqu’aux premières gelées.


Où et quand planter le Rosa canina ?

Il se plaît aussi bien à la mi-ombre qu’au soleil, en plaine qu’en altitude. Cet arbuste rustique tolère jusqu’à-20 °C, ce qui permet de le planter un peu partout.


Il se développera dans n’importe quel sol, mais a une préférence pour un substrat riche, sec à frais. On privilégie une plantation en automne ou au printemps.


Plantation, mode d’emploi

-Mettez la motte dans une bassine d’eau.

-Creusez un trou deux fois plus large et plus profond que la motte.

-Placez une couche de drainage au fond du trou (billes d’argile ou graviers).

-Ajoutez une poignée de compost que vous mélangez à votre terre de jardin.

-Placez la motte dans le trou.

-Rebouchez, tassez et arrosez.

-Ajoutez une couche de paillage pour enrichir le sol et préserver l’humidité.


Entretien

Pour booster la floraison, n’hésitez pas à apporter un peu d’engrais organique à votre rosier sauvage au printemps. Pensez à lui octroyer un paillage pour garder la fraîcheur du sol et éviter la pousse d’adventices.


Pour des raisons esthétiques, vous pouvez couper les fleurs fanées, cela stimulera l’apparition de nouvelles pousses. Il est également conseillé de tailler l’églantier une fois par an, afin de garder un port harmonieux.

On taille une fois la floraison terminée : il suffit de retirer le bois mort et les drageons en surnombre.

On multiplie l’églantier par bouture, à l’automne.


Pour cela :

-prélevez l’extrémité d’un rameau de l’année sur 20 cm.

-Retirez les feuilles sur la partie basse de la tige.

-Placez-la dans un mélange de terre et de sable.

-Arrosez en pluie fine et maintenez humide durant l’hiver, à l’abri, au nord et à l’ombre.

-Au printemps prochain, repiquez vos boutures en place.


Cueillir le cynorrhodon

Pour ce faire, mieux vaut s’équiper de gants de jardinage. Rappelons en effet que les branches de l’églantier sont pleines de picots. Le mieux est de procéder à la cueillette lorsque les fruits sont bien rouges et un peu mous, idéalement, après la première gelée. Attention à ne pas tout cueillir : les cynorrhodons représentent une formidable réserve de nourriture pour la faune sauvage en hiver.

Une fois récoltés, les fruits servent à faire de la confiture, du vin, des coulis, des infusions, des décoctions ou encore pour parfumer les desserts.


Consommer le cynorrhodon

-On peut le presser entre ses doigts, à peine cueillis, pour en extraire la pulpe et la déguster directement.

-On peut laisser macérer quelques fruits au froid pendant une nuit pour profiter d’une eau au goût citronnée et riche en vitamines.

-On peut laisser infuser de la pulpe écrasée dans un verre d’eau pendant 10 minutes avant de boire le jus obtenu.

-On peut faire de la confiture : on enlève la partie noire, on fait une première cuisson de trente minutes, on extrait la pulpe grâce à un chinois ou un presse-purée, on ajoute du sucre et on refait cuire une dizaine de minutes à feu moyen.


Recettes

1) Décoction de cynorrhodons

Une ou deux fois par jour, avant la saison hivernale, buvez une décoction de cynorrhodons :

-disposez trois à quatre fruits par tasse puis

-laissez frémir cinq minutes. Si vous n’avez pas retiré le cœur des fruits, il faudra passer cette tisane à travers un filtre en papier pour éliminer les poils. Vous obtiendrez une excellente synergie en les associant à du thym et de l’échinacée pourpre.


2) Confiture de cynorrhodons


Voilà une confiture pleine de vitamines !

Pour cela, préparez : - 1,5 kg de cynorrhodons :

-lavez les fruits, coupez la petite mouche (partie noire) puis

-coupez les fruits en deux.

-Retirez les graines et les poils qui sont urticants.

-Repassez les fruits sous l’eau pour être sûr d’avoir enlevé tous les poils.

-Placez les fruits dans une casserole et mettez de l’eau à niveau.

-Portez à ébullition pendant 20 minutes.

-Passez les cynorrhodons au chinois pour retirer les derniers poils.

-Remettez-les dans la casserole, de laquelle vous avez préalablement vidé l’eau.

-Ajoutez 500 grammes de sucre et le jus d’un citron.

-Mélangez. Laissez cuire pendant 20 minutes à feux doux en remuant régulièrement. 





3) Jus de cynorrhodons

-Lorsque les cynorrhodons sont blets, en cueillir quelques poignées.

-Laver et égoutter les cynorrhodons fraîchement cueillis.

-Déposer les cynorrhodons dans un large récipient et les couvrir d'eau à raison de quatre volumes d'eau pour un volume de fruits.

-Écraser les fruits à l'aide d'un presse-purée, par exemple

-laisser macérer au frais durant une heure, en mélangeant de temps à autre.

-Passer ensuite les fruits écrasés et presser pour en extraire le plus possible de liquide.

-Conserver ce jus, très riche en vitamine C, au réfrigérateur durant un jour au maximum.

Ce jus peut également être portionné et congelé.










126 vues0 commentaire
gammvert.gif
bottom of page