Pourquoi les mouches ne trouvent-elles jamais la sortie, même fenêtre ouverte?



À les regarder faire, il y a de quoi se poser des questions. Les mouches ont cette manie d'essayer de sortir d'une maison en passant par la fenêtre, non pas par le battant qui est grand ouvert –ce serait trop facile–, mais plutôt par celui qui reste fermé. À quelques centimètres de la sortie, elles s'acharnent, rebondissent contre la vitre et battent des ailes sans relâche, dans un bourdonnement que l'on finirait par croire volontaire. Un fond sonore drosophilesque, juste là pour nous enquiquiner.

Les mouches sont-elles sadiques à ce point? Ou est-ce que sortir par la bonne voie est vraiment trop compliquée pour elles? Ces petits insectes volants ne sont en réalité pas tant à blâmer que ça. D'autant que se prendre une vitre en plein dans le pif n'est pas une chose agréable –même pour une mouche.


Par ici la lumière

Pour comprendre cet entêtement à vouloir passer par la mauvaise sortie, il faut se mettre un instant à la place d'une mouche. Dans la nature, il n'y a pas de vitres, pas d'entrées ni de sorties transparentes. Un vol dans les airs n'est enrayé par aucune barrière invisible telle qu'une fenêtre –hormis peut-être les toiles d'araignées. Une barrière invisible qui, en plus, laisse passer une lumière enivrante.

Faute de sonar, les mouches se dirigent en effet grâce à la lumière. Ces dernières repèrent la direction des rayons du soleil et s'en servent pour s'orienter. Une fois que votre foyer lui a donné satisfaction ou que la mouche cherche à s'enfuir, elle fonce donc tête baissée vers la lumière extérieure, sans percevoir cette vitre qui la bloque. Que la fenêtre soit ouverte ou fermée, c'est du pareil au même: la lumière est de l'autre côté. Il y a de quoi s'acharner jusqu'à l'épuisement.


La lumière est aussi responsable de l'angle de vol des mouches. Avez-vous remarqué que dans votre salon, une mouche vole sans cesse en rond? Alors qu'en extérieur, les rayons lumineux du soleil partent dans une direction, ce qui permet à ces insectes de voler de manière linéaire, en intérieur les rayons émis par les ampoules partent dans tous les sens. Pour maintenir un angle constant, la mouche doit donc voler en rond. Une drôle de trajectoire qui n'est pas non plus dénuée de toute utilité: elle permet aussi d'attirer l'attention des femelles.

Tourner –littéralement– en rond est également un moyen pour les mouches de ne pas se prendre de plein fouet un mur, une vitre, ou un quelconque obstacle présent à l'intérieur de la maison. Car oui, se cogner à répétition à une vitre en tentant de sortir n'a rien d'amusant pour ces petits insectes, qui peuvent tout à fait ressentir la douleur.

Prendre la mouche

Des chercheurs de l'université de Sydney (Australie) ont en effet remarqué que les drosophiles, aussi appelées «mouches à fruit», sont même capables de ressentir des douleurs chroniques. Autrement dit, des douleurs qui persistent, même après la guérison d'une blessure initiale. Se frapper la tête contre une vitre pour sortir n'a donc rien d'une fête pour les mouches et peut avoir de lourdes répercussions sur leur santé.

Épuisées, les mouches abandonnent parfois pour un temps leur tentative d'exfiltration. Heureusement pour elles, elles peuvent compter sur leurs talents d'acrobate pour prendre de la hauteur et se poser au plafond, évitant ainsi le coup de pantoufle d'un humain qui aurait pris la mouche. Grâce à leurs pulvilles, sortes de pelotes situées à l'extrémité de leurs pattes, et à la drôle de substance adhésive que ces dernières sécrètent, les mouches peuvent facilement se fixer sur les surfaces lisses et verticales. Un atout vital, mais aussi particulièrement agaçant pour celles et ceux qui essaient de se débarrasser de ces insectes.

Il faut dire que chasser la mouche est un sérieux défi. Même essayer de la faire sortir par la bonne fenêtre s'avère souvent être un véritable chemin de croix, tant ces insectes sont vifs et imprévisibles. Là encore, il y aurait bien une explication. Capables d'exécuter jusqu'à près de 200 battements d'ailes par seconde, elles peuvent orienter leur corps et accélérer en un rien de temps pour fuir une menace. Vous aurez donc beau vous agiter dans tous les sens pour leur mettre des coups de savates en essayant d'anticiper leur direction, les mouches ont souvent un temps d'avance. Littéralement.

Comme l'explique la BBC, ces insectes perçoivent en fait le temps au ralenti. Leur cerveau reconstitue les images envoyées des yeux au cerveau bien plus rapidement que les humains, ce qui les rend en quelque sorte bien plus rapides que nous. Point de vue anticipation, on ne joue donc pas vraiment dans la même cour. Mais au moins, on sait sortir par la bonne porte, nous.




318 vues0 commentaire