top of page
  • jf9106

Lueur d’espoir pour les récifs coralliens



C’est une découverte prodigieuse qui vient d’être faite sous l’égide de l’Unesco, une de celles qui réconfortent. Un immense récif corallien a été mis en évidence au large de Tahiti et il semble en parfaite santé !

25 % des récifs coralliens mondiaux sont gravement menacés. On dirait des fleurs mais ces squelettes calcaires incrustés d’algues chatoyantes sont des coraux, dédale d’habitats complexes qui abritent, à eux-seuls, près de 35% de la vie marine. 134 espèces de requins et de raies, une multitude d’algues mais aussi des tortues de mer et des poissons de récif y ont élu domicile.

Pourtant, aujourd’hui, ce milieu irremplaçable est en péril. Aux actions humaines directes – surpêche, remblaiement, défrichements, pollutions diverses, tourisme de masse – s’ajoutent les effets du réchauffement climatique. Ce dernier aggrave le phénomène de blanchiment du corail, soit le dépérissement de l’animal qui se traduit par une décoloration. On considère, à ce jour, que 20% des récifs coralliens mondiaux sont déjà morts et que 25% sont gravement menacés.


Vent debout pour le récif Depuis les années 1970, nous nous mobilisons pour la protection des coraux. Nous encourageons la création de nouvelles Aires Marines Protégées, qui constituent l'une des méthodes les plus éprouvées pour conserver le monde sous-marin. En 2012, nous remportons une victoire significative : le gouvernement australien crée le plus grand réseau d'aires marines protégées du monde. Ce dernier couvre trois océans (Indien, Pacifique et austral) et leurs mers adjacentes, Arafura, Timor et Tusman. Deux ans plus tard, le gouvernement calédonien crée le Parc naturel de la mer de Corail, une Aire Marine Protégée géante de 1,3 million de km2. En 2013, aux côtés de la Société de Conservation marine australienne, nous lançons la campagne « Se battre pour le récif ». Peu de temps après, nous obtenons du gouvernement australien l’interdiction de tout dépôt de boues de dragage sur le site de la Grande barrière de corail et l’annulation de la construction de nouveaux ports dans des zones encore intactes de la côte récifale, comme le delta de Fitzroy et le cap York.


Une nouvelle perle en Polynésie française Plus de 3 kilomètres de long et 60 mètres de large ! Sur la photo, les plongeurs semblent minuscules à côté de ce champ de roses géantes, qui s’étend à perte de vue… Nous sommes en Polynésie française, non loin de Tahiti, et l'expédition 1 Océan, dirigée par l’explorateur et le photographe Alexis Rosenfeld, vient de découvrir un immense récif corallien. Il pourrait même s’agir de l’un des plus grands récifs profonds au monde, dans un état de conservation inégalé. Tandis que les coraux de Polynésie ont subi un important épisode de blanchiment en 2019, celui-ci ne semble pas avoir touché le récif nouvellement mis au jour. Les coraux géants découverts ne présentent pas de signes de stress ni de maladie. Il faut dire que l’ensemble des coraux géants découverts se trouve à une profondeur inhabituelle, entre 30 et 60 mètres sous la surface. Et si c’était là le secret de leur étonnante préservation?

La zone crépusculaire de l’océan où il se trouve, plus loin de la lumière du soleil et des activités humaines, pourrait, en effet, expliquer pourquoi ce récif corallien n'a visiblement pas souffert du changement climatique. Des plongées sont prévues dans les mois à venir pour poursuivre les recherches autour du récif, et pourquoi pas en découvrir d’autres. Comme le rappelle l'Unesco, l'état des connaissances des océans est très incomplet. Avec seulement 20 % des fonds marins de la planète cartographiés, à ce jour, nous connaissons mieux la surface de la lune que les profondeurs de l'océan… ce qui ouvre des perspectives prometteuses !


25 vues0 commentaire
gammvert.gif
bottom of page