top of page
  • jf9106

Le ver de terre, un animal "dont la disparition est aussi inquiétante que la fonte des glaces"

Ils ne sont pas jolis, "instagrammables" ou "apprivoisables" et pourtant ils sont tellement essentiels, indispensables...


A l'occasion de la journée mondiale du ver de terre le 21 octobre, découvrez qui est vraiment ce petit animal, dont l'existence est essentielle.


Qui est le ver de terre ?

Les vers de terre, ou lombrics, appartiennent à la classe des annélides, au sous-ordre des Lumbricina, et sont divisés en 13 familles, avec plusieurs milliers d'espèces connues. On en trouve une centaine en France, classés selon leur profondeur dans le sol.

- Les épigés sont des vers de surface, petits et fins, reconnaissables à leur couleur rougeâtre. Ils ne vivent en moyenne que deux ans.

- Les endogés vivent en profondeur, et sont peu pigmentés, de couleur rose pâle à gris clair. Ils construisent de nombreuses galeries horizontales.

- Les anéciques sont les vers les plus connus. Leur présence est le signe d'une bonne qualité du sol. Ils creusent de grandes galeries verticales reliant la surface aux profondeurs de la terre. Ils peuvent vivre jusqu'à 8 ans en moyenne.

On les trouve dans les sols non sableux, peu acides, frais, argileux et riches en débris de végétaux, dans lesquels ils creusent des galeries.


On les reconnait à leur corps rond et annelé, certains individus arborant une zone plus épaisse appelée "bague" ou "clitellum", signe distinctif des adultes.


Quel est le rôle du ver de terre ?

Véritables amis des jardins, les vers de terre possèdent un grand tube digestif qui absorbe puis digère la matière organique, puis la rejette quasiment prête à être assimilée par les plantes.

Ils sont capables de brasser jusqu’à 30 tonnes de terre dans un hectare, permettant notamment d'aérer le sol grâce à leurs nombreuses galeries.

Cela permet également à l'eau de s'infiltrer facilement dans le sol, évitant le ruissellement.

De plus, leurs déjections sont très riches en azote, phosphore et potasse, des fertilisants pour les plantes.

Ils diminuent également la présence de champignons nocifs pour le sol, et enfin, ils ingèrent et contiennent la pollution contenue dans la terre.

Pour résumer, ils rajeunissent, oxygènent et fertilisent les sols, permettant le développement des plantes.


Mais le danger guette.

Les vers de terre sont en effet de plus en plus rares, victimes de l'agriculture intensive et des pesticides. Or les sols sans vers de terre deviennent stériles... et sans sols fertiles, il devient difficile pour les humains de se nourrir.

Selon certaines études, jugés repoussants, ils bénéficieraient de moins de protection que les animaux jugés mignons. Le ver de terre n'est d'ailleurs pas reconnu comme un animal par la loi française.


Essentiel à l'environnement, l'astrophysicien Hubert Reeves avait déclaré que sa "disparition était jugée aussi inquiétante que la fonte des glaces".

Gare aux plathelminthes

Le plathelminthe, ou ver plat, est aussi surnommé "ver tueur".

Et pour cause !

Cette espèce invasive en provenance de Nouvelle-Guinée fait des ravages en France, y compris sur les populations de vers de terre.


Toxique car il contient de la tétrodotoxine, et vorace, ce ver plat se nourrit... desdits vers de terre, de limaces et d'escargots, et ne possède pas de prédateur.

14 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


gammvert.gif
bottom of page