La France se réchauffe plus vite que la moyenne planétaire, selon une étude

Récemment, des études ont démontré que le réchauffement climatique en France était plus rapide que ce qu'annonçaient les prévisions climatologiques. Mauvaise nouvelle : le pays se réchauffe aussi davantage que la moyenne planétaire. Explications.


Le réchauffement climatique en France, plus rapide que sur le reste du globe ? C'est ce que dévoile une étude qui croise les données des modèles climatiques du GIEC avec des observations régionales publiée dans la revue Earth System Dynamics, le 4 octobre 2022.

>> Le risque d'un effondrement de notre civilisation avec le réchauffement climatique, pas assez étudié ?


Combiner modèles et observations pour évaluer le réchauffement futur

Les rapports du GIEC se sont multipliés ces dernières années, et se révèlent chaque fois, plus alarmants que les précédents. Mais comme le rappelle à juste titre Aurélien Ribes, climatologue au Centre national de recherches météorologiques (CNRM) : "jusqu'au 5e rapport du Giec (2014), le réchauffement planétaire attendu était estimé à partir de simulations uniquement. Dans le 6e rapport (2021), le calcul combine les simulations et les observations". Le climatologue en appelle donc à une révision des méthodes d'évaluation du changement climatique en France.


Car désormais, les modèles climatiques peuvent être croisés avec des observations régionales et ainsi produire des résultats plus précis, soit plus proches de la réalité qui nous attend. D'autant que les analyses du GIEC s'attellent à étudier la moyenne planétaire du réchauffement climatique, et non le cas particulier de la France. Or, tandis que "la prise en compte des observations mondiales et régionales conduit à réviser à la hausse les estimations du réchauffement futur en France" avertit le chercheur, c'est l'inverse pour la moyenne planétaire où les projections sont révisées à la baisse. Pas inutile donc de s'y intéresser

En France, une hausse de 3,6 à 6,7 degrés d'ici 2100

D'après son évaluation actualisée, la France se réchauffe jusqu'à 50% plus vite que prévu, mais aussi davantage que la moyenne planétaire. "La France se réchauffe davantage (environ 20 % plus vite) que la moyenne planétaire", estime le chercheur dans un thread sur Twitter, précisant : "l'accent est mis sur la France, mais je pense qu'il y a des implications plus larges".

Pour l'année 2020, le réchauffement a atteint +1,7 degrés. En moyenne, le pays prends +0,36 degrés par décennie. Si ce rythme se poursuit, c'est une hausse de +3,8 °C par rapport aux niveaux préindustriels que l'on va subir dans le pays. Et il ne s'agit pas du pire des scénarios puisqu'il prend en compte des émissions modérées de gaz à effet de serre. Dans le cas de fortes émissions de GES, l'étude suggère que la hausse pourrait atteindre jusqu'à +6,7 °C en France d'ici 2100.

31 vues0 commentaire
gammvert.gif