top of page
  • jf9106

Ils lancent Soliroots, une plateforme de solidarité pour les voyageurs en van, à vélo ou à pied



Installé à Archigny, près de Poitiers, un couple vient de créer une plateforme pour mettre en relation des voyageurs nomades avec des particuliers prêts à leur proposer un service, sans contrepartie financière.

Soliroots. C’est le nom de la plateforme lancée par Aurélie Liège et François Aranda, début avril 2022. Objectif : permettre aux voyageurs nomades de profiter d’une douche, d’un bout de terrain, ou d’une connexion Wifi, gratuitement chez un particulier.


À la recherche d’une douche bien chaude

Pour ce couple poitevin qui voyage en van aménagé depuis peu, tout est parti d’un déclic : un réveil sous une météo exécrable, lors d’un séjour sur l’île d’Oléron. “Il y avait une famille de Bretons installée sur le même spot que nous. La femme nous disait qu’elle rêvait d’une douche bien chaude.”

Ni une, ni deux, Aurélie et François font le tour des campings de l’île pour demander s’ils peuvent simplement utiliser les sanitaires. “On était prêts à payer, mais aucun camping n’a accepté.”

L’idée de trouver une alternative germe alors dans la tête d’Aurélie et de François. Tous deux veulent aider les voyageurs en van, à pied ou à vélo, à entrer en contact avec des particuliers pour profiter d’un service, de manière totalement gratuite. “Le but est de créer un vrai moment d’accueil et d’échange, sans aucune contrepartie financière”, décrit Aurélie.

Aujourd’hui, on a tendance à tout monnayer. Ce que l’on veut, c’est un retour aux sources, une vie simple en solidarité. Aurélie Liège, cofondatrice de Soliroots

Un investissement de 10.000 euros

Un réseau communautaire et solidaire est la solution, selon eux. Avec un peu d’apport chacun de leur côté, Aurélie et François investissent 10.000 euros pour, entre autres, lancer un site internet. Ils créent leur société et deviennent associés, tout en gardant leur activité salariée à côté : Aurélie est chargée de mission à la Fondation du patrimoine. François, lui, est formateur professionnel.

Ils l’assurent, leur but premier n’est pas financier. “On fait ça sans espoir d’en tirer un bénéfice pour le moment”, explique la jeune femme, qui “croit dur comme fer” à leur projet. “On se donne quelques années pour voir comment cela fonctionne et après on verra !”

Si le projet en est à ses balbutiements, le couple espère voir le nombre d’annonces augmenter sur leur site. “Pour l’instant, quelques personnes proposent un point d’eau chez eux, ou alors une douche. Nous validons chaque annonce avant leur mise en ligne. Et comme Blablacar, il est possible de mettre un avis.

Avec Soliroots, ils espèrent surtout faire découvrir ce mode de voyage alternatif et ainsi changer l’image des voyageurs nomades.

“Tous les voyageurs que l’on rencontre sont extrêmement respectueux des lieux, ils nettoient tout derrière eux. Quand on voyage ainsi, il y a un rapport à la nature très fort.”

128 vues0 commentaire
gammvert.gif
bottom of page